Cirque adapté

La section et le projet « Cirque adapté » :

Accueil des structures spécialisées :

Très tôt, Josiane Medini a souhaité ouvrir l’école de cirque aux personnes en situation de handicap et a été la première à se former et à obtenir le Brevet d’Initiateur Spécialisé aux Arts du Cirque (BISAC), mis en place  par la Fédération Française des Ecoles de Cirque dont l’association a été membre pendant 19 ans. C’est auprès d’elle qu’Anne Sophie formée pendant plusieurs années avant de reprendre toutes les classes IME-EMP accueillies à l’école en septembre 2013.

Le projet est le même : transmettre les arts du cirque, tout en adaptant les activités aux difficultés de chacun. Tout d’abord, s’adapter à un nouvel intervenant, un nouveau lieu dédié aux arts du cirque, et au matériel et agrès spécifique progressivement. Les exercices fondamentaux, échauffement et apprentissage des bases d’acrobatie, évoluent en fonction de la compréhension des aptitudes de chacun, dans un cadre de travail spécifique et sécurisé pour la pratique du cirque.  Les disciplines abordées sont l’acrobatie, le jonglage, les aériens (trapèze fixe, ballant, cerceau, tissu, corde) , l’équilibre sur objets (fil, boule, rola bola, monocycle).

La notion d’artistique, travail pour un public, notion de représentation, d’expression et de création , est amenée très progressivement au fur et à mesure qu’une routine de travail est établie dans lequel chaque participant se sent rassuré. Ce travail se fait en partenariat avec l’équipe encadrante de la structure accueillie et l’intervenant cirque, chacun avec ses compétence et sa fonction contribue à ce que chaque élève puisse évoluer, progresser et se sentir bien dans l’activité quelles que soient ses difficultés ou son handicap.

Nous essayons dans la mesure du possible de privilégier un accueil régulier, dans l’idéal hebdomadaire, ou sinon une fois par quinzaine, de manière à ce que le groupe prenne ses repères et évolue plus rapidement car il y a toujours un temps de réadaptation après une longue période d’arrêt (vacances, séances annulées pour différentes raisons).

Le cirque à l’atout d’être multidisciplinaire ce qui permet à chacun de se découvrir des aptitudes et des affinités dans au moins une discipline, il n’y a jamais de laissé pour compte et chacun peut y trouver sa place. Les dimensions techniques, artistiques, sportives, d’expression et de performance permettent de stimuler et d’exploiter tout le potentiel de chacun. Nous créons quand nous travaillons depuis assez longtemps ensemble un esprit de « troupe », où chacun à son tour est mis en avant et exprime ses points forts devant le public rassurant de ses camarades et de ses éducateurs.

Le cirque est le lieu ou chacun a l’opportunité de se dépasser quel que soit son niveau, où l’on fait preuve de prouesse technique et où l’on dépasse ses appréhension (travail en hauteur, en public…) sous le regard bienveillant et sécurisant des encadrants. L’intervenant cirque analyse le potentiel corporel, les difficultés de compréhension et d’exécution de chacun et propose des exercices adaptés à chacun. La connaissance exacte des pathologies n’est pas nécessaire, cependant l’aide des éducateurs spécialisés qui les connaissent bien est indispensable également, ainsi tout est mis en place pour apprendre les techniques spécifiques aux arts du cirque en toute sécurité.

Nous avons également la chance d’être un lieu de résidence artistique, aussi il y a toujours sous le chapiteau des artistes professionnels qui répètent leur discipline. Un temps d’adaptation est nécessaire pour travailler dans le même espace tout en restant concentré sur son propre travail, mais c’est aussi l’opportunité pour les jeunes de voir des artistes professionnels travailler, de les rencontrer, parfois d’assister à un numéro, alors que certains n’ont jamais l’occasion dans leur vie familiale d’aller au spectacle. Dans la mesure du possible, nous essayons d’organiser une sortie pour voir un spectacle de cirque ensemble, et de retrouver ensemble les liens entre l’atelier à l’école de cirque et le travail vu en piste, d’éveiller la curiosité et d’éduquer le regard du spectateur pour nourrir son propre travail.

Nous évaluons ensemble le travail et faisons un bilan sur l’année scolaire. Au fur et mesure que nous connaissons le groupe et les éducateurs, nous nous fixons ensemble des objectifs collectifs et individuels, techniques, artistiques que nous affinons d’année en année. Il est souhaitable de travailler au moins deux avec chaque élève, ce qui nous laisse le temps de le laisser évoluer à son rythme et de nous adapter les uns aux autres la première année, en général, les progrès sont nettement plus fulgurants la deuxième année car les élèves reviennent en terrain connus et avides d’apprendre de nouvelles choses. Certains restent 3 ou 4 ans, les groupes sont constitués par les IME, l’intervenant donne également son avis sur les perspectives d ‘évolution de l’élève par rapport à lui-même et au reste du groupe. Le fait d’avoir toujours des « anciens » permet surtout d’intégrer beaucoup plus facilement les nouveaux arrivants qui se placent alors dans une dynamique déjà existante. Le bilan individuel de chaque élève permet de constituer au mieux le groupe pour la saison suivante.